Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'image du jour

Logo

Le pensionnat de chavagnes

Automne 2004

Recherche

Les + du blog

Les chiffres

20h10

L'émission sera renouvellée à la rentrée prochaine.

30

C'est le 30 avril prochain que débutera la seconde saison de la ferme célébrités.

Service

Programme TV

25 avril 2003 5 25 /04 /avril /2003 00:00

Si une émission de divertissement coûte de l'argent, ce n'est pas seulement à cause du salaire de l'animateur vedette. Les artistes sont de plus en plus fréquemment "défrayés". Bien entendu, ne comptez sur aucune boite de production pour vous communiquer le prix d'une prestation d'artiste. Et inversement, dans un bel élan de solidarité, accrochez-vous pour faire dire à un artiste le cachet qu'il a perçu pour passer dans la Star Academy sur TF1 ou Graine de stars sur M6. Le silence est d'or.

Pourtant, le principe est simple. Patrick Timsit, à son époque one-man-show, confiait il y a quelques années la règle du jeu :

"Quand je suis invité, je ne suis pas payé. Pas un rond. Je ne suis payé qur lorsque je fais un sketch, mon métier !" C'est pour chiffrer le fameux "défraiement" que les choses se compliquent. Car plusieurs paramètres, et pas des plus rationnels, interviennent : la notoriété de l'artiste, le côté évènement ou pas de son passage télé, la durée de sa prestation, son implication dans l'émission et ... le "copinage".

Si on met à part les émissions des chaines thématiques, qui n'ont pas assez de moyens pour payer qui que ce soit, donner de la voix le temps d'une seule chanson dans une émission de divertissement peut rapporter de 762 €uros à 7.622 €uros. Malgré le petit budget dont il dispose pour produire son émission, Pascal Sevran paie par exmple ses invités 1.524 €uros à 3.049 €uros lorsqu'ils viennent hors promo.

A la Star Academy, une Mariah Carey ou un Ray Charles ne passent pas que pour les beaux yeux de Nolween ou ceux endormis de Georges-Alain... Les artistes de "classe internationale", ça se monnaye environ 15.250 €uros. Ce gentil cachet aurait gentiment aidé quelques pointues à se rendre sur les plataux de la Star Academy à ses débuts, à une ère où celle-ci était controversée. "Leur cachet dépend bien sûr de leur temps de présence sur le plateau mais aussi de ce qu'il a à y faire" confie une repsonsable de production qui préfère rester anonyme. "Si une star se retrouve à chanter un duo, elle prend des risques. Et le risque, ça se paye !"

La pige des artistes, prend parfois des formes plus "matérielle". Ce qu'on appelle la prise en charge, les frais réels : le transports (plus souvent par jet privé), l'hébergement (en palace), et les à-cotés plus ou moins farfelus selon les stars.

Dans le magazine Télévision, Vanessa Paradis levait un coin de voile sur le mode de fonctionnement des artistes. "Quand on passe dans des émission de variétés, on a un cachet. Pas énorme d'ailleurs, alors que souvent, pour préparer ces trois minutes, on a travaillé toute la journée... C'est un métier où on se sert de vous et où vous vous servez des autres. C'est la règle du jeu. Parfois, c'est une histoire de commerce car ce sont les participations des vedettes qui attirent les gens. Mais ce métier n'est pas que pourri. Il y a aussi des histoires d'amitié et de respect. Et là, le commerce n'a rien à voir."

Les yeux se tournent alors vers Michel Drucker. Dans le milieu, ses décennies la tête dans le poste lui ont permis de tisser de longs et puissant liens d'amitié avec la plupart des artistes "stars" aujourd'hui. Alors, si certains ont la mémoire courtes, la pluparts n'oublient pas d'où ils viennent. L'artiste prend alors le minimum syndical. De toute façon, un passage télé est toujours une bonne affaire. Un, l'artiste est souvent rémunéré. Deux, quel meilleur secteur pour faire connaître son dernier single. Trois, une diffusion télé lui permet de prétendre au reversement de droits d'auteurs.

Article publié dans "Tv magazine n°18.312"

Repost 0
Published by Tvman - dans Dossiers
commenter cet article
25 avril 2003 5 25 /04 /avril /2003 00:00

 

Au mois de novembre se tiendra à aris la 2ème édition du Salon des célibataires, les agences matrimoniales enregistrent des insciptions records, les soirées speed dating se multiplient et les connexions aux différents sites internets de rencontre explosent littéralement ! Le doute n'est plus possible, le célibat est plus qu'un simple phénomène. C'est véritablement devenu un art de vivre pour plus de 8 millions de français pour lesquels le couple, s'il est toujours le modèle dominant, ne représente plus la norme. Selon l'INSEE, plus de 15% des couples vivent les débuts de leur relation chacun chez soi, retardant ainsi leur mise en ménage symbolique pour jouir au maximum de leur statut de vrais faux célibataires. Par ailleurs, la plupart des gens ne sont plus préparés aux difficultés de la vie à deux, le couple étant souvent la chose la plus difficile à réaliser. Et même si les célibats masculins et féminins sont de nature, de durée et de motivation différentes, il retse toujours, d'un côté comme de l'autre, la croyance absolue en un compagnon parfait ou une compagne idéale. La théorie du fameux "prince charmant".

Coeurs à prendre

Parmi ces diffférenst célibataires, souvent installés dans une solitude du quotidien, nombre d'entre eux vivent avec l'espoir d'une rencontre qui viendra donner ou redonner un sens à leur vie. C'est dans cette optique que Cédric de Brangança a réalisé un document exceptionnel, "coeurs à prendre", diffusé mercredi soir dans Des racines et des ailes. Le réalisateur s'est attaché à suivre pendant près d'un an la vie sentimentale de 4 célibataire (2 hommes et 2 femmes) en quête de l'âme soeur. Leur démarche sont toutes différentes mais le but reste le même. David, 44ans, est l'un des 4 personnage de ce documentaire. Divorcé et père de trois enfants, il nous explique pourquoi il a choisi l'étranger pour trouver la femme de ses rêves : "j'en avais marre des françaises ! Je suis allé à Minsk, en Biélorusie, pour rencontrer un type de femme qui corresponde parfaitement à mes critères, tant physiquement que mentalement." David ne mâche pas ses mots et conçoit aisément que son attitude dans le documentaire puisse en choquer certains : "J'avais une revanche énorme à prendre sur moi-même et particulièrement sur tous ceux qui, dnas mon entourage, pensaient que je finirais malheuirex et célibateire. Passer à la télé va sûrement changer le regard des autres sur moi, mais même si c'est en négatif, je m'en moque totalement ! J'ai réalisé mon rêve ..." Un rêve et un aboutissement que tous les célibataires n'ont pas la chance de connaître, même s'ils sont aidés par la télévision qui, dans certains cas bien précis, peut aisément passer du statut de télé marieuse à celui de télé maquerelle.

Bachelor : un gentleman célibataire à la française

Importé directement des Etats-unis, le concept du bachelor est adapté par M6 qui diffusera sa première émission le 7 mai à 20h50, et ce pendant huit semaines. Présentée par Stéphane Rotenberg, l'émission mettra en scène un jeune homme âgé de 32 ans à la fois beau gosse, charmeur, brillant, moderne et dégagé de toute contrainte matérielle, qui a tout pour réussir dans la vie, excepté la femme de ses rêves Lors du premier épisode, vous verrez ainsi ce gentleman célibataire susceptibles de lui plaire. Puis, au cours des 8 épisodes, vous découvrirez celles qui seront éliminées peu à peu jusqu'à ce qu'il n'en retse qu'une. La finaliste, qui aura auparavant reçu l'approbation de ses parents et passé l'épreuve de la belle-famille, recevra une bague des mains de son prince charmant. "Bachelor met en avant un concept de plus en plus assumé de nos jours, celui du célibat", explique Alexis de Gémini, le patron de W9, la filiale de M6 en charge du développement des nouveaux concepts. Un phénomène assumé par certains, mal vécu par d'autres, mais qui ne laisse jamais indifférent. Philippe Brenot, auteur du livre "le couple", retient que "malgré toutes les difficultés, le désir de vivre en couple amoureux et de longue durée est toujours présebnt. Entreprise surhumaine et contre nature pour les uns, la seule qui mérite d'être tentée pour les autres".

Article publié dans "Tv magazine n°18.312"

Repost 0
Published by Tvman - dans Dossiers
commenter cet article
21 mars 2003 5 21 /03 /mars /2003 07:00

Si l'homme descend du singe, Michaël, lui, descend de ...

- Django Edwards : toujours comme le clown américano-batave, il tombe facilement le string, crie et peut terroriser, rien que du regard un plateau de télé entier.

+ Coluche : Même goût du canular que le fondateur des Restos du coeur, mais Michaël ne se sent pas "politisé".

+ Daniel Prévost : Ils incarnent tous les deux une certaine idée de l'absurde à la française.

+ Mike Myers : Excellent exemple à suivre : révélé lui aussi par la télé, le canadien a ensuite investi avec succès le monde du cinéma

= ... LUI : Avec de telles références, pas étonnant que Michaël ait été réformé P4. D'ailleurs, il dit : "Sans le rire, il y a longtemps que je serais en hôpital psy."

Les multiples facettes de Michaël

- Animateur : Juillet 2000, il déboule à l'antenne avec le Morning Live. A l'origine présent pour jouer le rôle de speakerine entre deux clips, le cahier des charges initial est vite dynamité. L'audience décolle. On connaît la suite...

- Comique : Pour son one-man-show Pluskapoil, Michaël a investi La Cigale. Un paradoxe pour cette fourmi. Bucheur et perfectionniste, il lui arrive de retravailler ses enchaînements ou de boulverser l'odre des sketches, quelques minutes avant d'entrer en scène.

- Acteur : Après sa performance dans la beuze et son apparition dans Chouchou, difficile de l'imaginer loin de la comédie. Pourtant, selon un de ses anciens professeurs du cours Florent, Michaël est un acteur "remarquable, surtout dans le registre dramatique."

- Chanteur : Expert en imposture, Michaël vend avec les Bratisla Boys deux milliosn d'ablums où l'on trouve le fameux Stach Stach. Sous l'identité d'Alphonse Brown, ilsquatte avec Le Frunkp le top des ventes de single.

Article publié dans "Voici n°801"

Repost 0
Published by Tvman - dans Dossiers
commenter cet article
24 février 2003 1 24 /02 /février /2003 00:00

Aujourd'hui, les stars télé ne craigenent plus d'évoquer leur choix amoureux., voici quelques témoignages de présentateurs ou de participants à des jeux de télé réalité qui n'ont pas peur de dire tout haut ce que leur coeur pense tout bas.

- Stéphane Bern, 39 ans, animateur de Sagas et du Fou du roi : "Non au coming out forcé... On est sorti du ghetto, ce n'est pas pour qu'on nous y remette."

Ne pas se fier à son élégance british : né d'une mère ashkénase polonaise, l'animateur a reçu une éducation française classique. "Les mères juives font d'excellents homos", déclare-t-il avec son humour. Car Stéphane a su parler sans dire, n'a rien nié sans rien révélé. La rumeur lui prête une liaison avec un homme politique ? Il répond "Je ne suis pas la first lady de Paris". Le magazine Têtu le traite de "PD honteux" ? Il rétorque : "Je n'ai honte de rien, mais ma vie privée ne regarde que moi. Et la personne avec qui je vis n'a peut être pas envie de se voir dans les journaux." Fou du roi peut-être, mais avec la tête sur les épaules. Bref, la classe...

- Anne-Laure, 20 ans, ex-candidate à "Star Academy" : "Ca fait partie de moi et je ne pouvais plus le cacher. J'étais prête à me libérer et j'ai pris un pied fou à le révéler."

Pour cette joueuse de tennis, groupie d' Amélie Mauresmo, Star Ac 2 aura surtout été l'occasion de proclamer sa vérité face aux caméras. Sur l'air de "Sans contrefaçon, je suis un garçon", elle reconnaît qu'elle n'aime pas se maquiller et tombe amoureuse de filles. Coming out stratégique pour faire de l'audience ou sincérité 100% pur jus ? En tout cas, Anne-Laure n'ira pas en finale : "Je ne correspons pas au concept marketong voulu. Una nana qui ne porte pas de jupe et ne se met pas en talons, ça ne passe pas bien. Je suis trop garçon manqué". Ce qui ne l'empêche pas de s'éclater dans la tournée Star Ac avec sa pote Nolwenn.

- Laurent Ruquier, 39 ans, animateur de Rien à Cirer et de On a tout assayé : "Si j'en parle, c'est pour mieux me sentir dans ma peau et aussi pour lutter contre l'hypocrisie ambiante dans ce métier, où il y a pleins de PD qui ne le disent pas."

En 1997, dans son one-man-show Enfin gentil, l'humoriste lâche le morceau : "Ne dites rien à mes parents, je veux leur faire une surprise". Ruquier refuse le non-dit, mais il ne veut pas jouer les prote-drapeaux : "Je ne chache pas mon homosexualité, je ne la revendique pas non plus. Je ne suis pas militant, point barre." S'il parle de lui, c'est aussi pour aider les gays anonymes qui vivnet mal leurs amours en raison d'un environnement familial ou social parfois hostile : " J'ai découvert ma sexualité sur le tard, et ce métier m'a aidé à me rendre compte que ce n'était pas une tare. Si j'avais été comptable au Havre, je l'aurais sûrement moins bien vécu".

- Thomas, 22 ans, gagnant du Loft 2 : "S'il n'est déjà pas facile d'être homo dans la société, si 'lon ressent toujours une gêne, cette gêne est décuplée dans le loft"

Dans la nuit de 15 au 16 avril dernier, Thomas fait une révélation dans le Loft 2 . Tirant sur une cigarette, il révèle à ses petits camarades qu'il est plus attiré par les garçons que parle les filles. Pas vraiment une surprise, mais ça va mieux en le disant. "J'assume. Je vais me faire lyncher en sortant même s'il y en avaient beaucoup qui s'en doutaient", déclara-t-il plus tard au confessionnal. Sa révélation ne l'empêchera pourtant pas de sortir gagnant du jeu, ni de séduire la jolie Karine. Depuis, Thomas vit sa vie sans tabou.

Article publié dans "Voici n°798"

Repost 0
Published by Tvman - dans Dossiers
commenter cet article

Derniers Articles